Réduction mammaire et allaitement

Accueil    |    Interventions du Dr Levy    |    Chirurgie des seins    |    Réduction mammaire à Paris    |    Questions fréquentes : réduction mammaire    |    Réduction mammaire et allaitement

Chaque opération des seins touche par nature un élément symbolique et essentiel de la féminité et de la maternité, faisant que toute réduction mammaire interroge naturellement sur la possibilité ou pas d’une éventuelle grossesse.

Que faut-il retenir du lien entre allaitement et réduction mammaire ?

Reduction mammaire après allaitement : quand la faire ?

La grossesse, puis l’allaitement, s’accompagnent toujours d’une hypertrophie mammaire, liée à l’action des hormones et à la sécrétion des glandes lactifères.

Les tissus sont alors très vascularisés (d’où un risque de saignements sur une chirurgie des seins) et très distendus.

Il faut donc attendre un retour à la normale pour envisager une mammoplastie, après disparition de la congestion, alors que le poids s’est stabilisé et que les seins ont retrouvé leur tonicité standard.

On compte en moyenne un délai de 6 mois minimum entre une mammoplastie de réduction et la fin de l’allaitement.

Réduction mammaire : peut-on allaiter après l’opération ?

En fonction de l’âge auquel une femme décide de réaliser sa mammoplastie, la question de l’allaitement se pose fréquemment, que ce soit pour une chirurgie de réduction ou d’augmentation mammaire.

 

Quelles sont les conditions pour un allaitement de qualité ?

L’allaitement est un processus physiologique, à point de départ hormonal : ces hormones de la gestation vont activer la sécrétion des glandes galactophores et des canaux lactifères, avec un développement parallèle du système vasculaire pour apporter aux cellules tous les nutriments nécessaires.

Dans un second temps, des stimuli nerveux, moteurs et sensitifs, vont venir renforcer la lactation, activant la libération des hormones de l’attachement et de l’allaitement, comme l’ocytocine et la prolactine.

Pour permettre l’allaitement, un sein opéré doit donc présenter un tissu mammaire préservé, avec ses ramifications nerveuses et vasculaires intactes.

 

Allaitement et réduction mammaire : à quelles conditions ? 

Une chirurgie mammaire de réduction vise à éliminer une partie de la peau et du tissu mammaire, en sectionnant obligatoirement un certain nombre de vaisseaux, de petits nerfs et de canaux galactophores.

Pour autant, l’essentiel du tissu mammaire reste le plus souvent préservé et parfaitement fonctionnel, rendant l’allaitement possible. Il peut exister des exceptions, notamment si la mammoplastie porte sur des volumes conséquents, et qu’une partie des canaux lactifères finit par se fermer au cours de la cicatrisation.

Dans tous les cas, il faut attendre la cicatrisation des tissus pour envisager une lactation, soit en moyenne un délai de 6 mois après la chirurgie ayant corrigé l’hypertrophie mammaire.

Réduction mammaire et allaitement : quels sont les dangers ?

La patiente devant allaiter peut craindre des complications après une réduction mammaire. C’est en réalité exceptionnel.

 

Reduction mammaire et allaitement : un danger pour le bébé ? 

A lire certains forums sur la réduction mammaire et allaitement, on tombe parfois sur un témoignage disant qu’une chirurgie des seins serait potentiellement dangereuse pour un nouveau-né nourri au sein : c’est faux. Il n’existe aucun danger toxique ou autre. La seule précaution pour la mère est de vérifier qu’elle ait assez de lait pour nourrir son enfant, s’orientant sinon vers un allaitement artificiel. 

En effet, une réduction mammaire conséquente peut aboutir à la section de nombreux canaux galactophores, qui peuvent se cicatriser et se fermer : l’allaitement devient alors difficile ou insuffisant.

 

Réduction mammaire et allaitement : un danger pour la patiente ?

Là encore, il n’existe aucun danger pour la patiente.

Si l’on déconseille souvent un allaitement après une opération de réduction mammaire, c’est uniquement pour des raisons esthétiques. La lactation va en effet produire une hypertrophie mammaire naturelle, avec une variation de volume des seins. Cette dernière peut donc altérer le rendu esthétique de l’opération, avec une nouvelle augmentation des seins, cette nouvelle tension accrue sur la peau pouvant favoriser la chute des seins, ou aboutir à une glande qui se vide.

C’est pourquoi, sauf exception, la réduction mammaire donne ses meilleurs résultats esthétiques dans le temps s’il n’y a ni allaitement ni grossesse juste après, même si les deux restent parfaitement possibles et sans contre-indications médicales.

Tarifs

Consultez l’ensemble des tarifs du Docteur Jerry Levy en cliquant sur le bouton suivant.

En savoir plus

Greffe de cheveux ratée : que faire ?

Greffe de cheveux ratée : que faire ?

La greffe de cheveux par bandelette ou transplantation capillaire reste à ce jour la seule solution pour traiter efficacement une calvitie de type alopécie androgénétique, avec perte définitive du cheveu. Les attentes du patient étant fortes, toute greffe de cheveux...

lire plus

Les interventions mammaires

Retrouvez l’ensemble des interventions du Dr Levy en cliquant sur le bouton suivant.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *